Incivisme en circulation : Quand les boys aussi s’y mettent

 

A l’heure où l’actualité nationales est dominée par la question de l’incivisme sous toutes ses formes, voici une scène qu’il m’a été donné de constater. Temoin d’un cas d’incivisme par ceux-là mêmes qui dans les normes, devraient donner l’exemple.

 

Nous sommes au feu de l’intersection de la voie qui mène au cimetière de Goughin, au niveau de la station Petrofa de Cissin. Alors qu’automobilistes et motocyclistes sont tenus de s’arrêter parce que des deux côtés le feu signale « rouge », je fais déjà deux constats. Le premier : 5 «boys» (appellation donnée aux FDS par l’ex président de la Transition Kafando) sur des motos ordinaires se trouvaient à ma gauche sur la chaussée réservée uniquement aux automobilistes, chose interdite. De par leur tenue et apparence physique, je constate que ce sont de jeunes gendarmes qui étaient donc en infraction.

Le 2e constat fait au même moment, de l’autre côté et dans le sens inverse, des policiers étaient postés et procédaient à l’interpellation de tout fautif des règles en circulation, venant de la voie de l’échangeur de Goughin.

Un coup d’oeil derrière moi, et je constate déjà que mes voisins d’un feu tricolore suivaient aussi la scène. Alors que le feu des automobilistes est passé au vert, j’entends un monsieur un peu âgé faire part à un jeune qui l’avait remorqué, de sa certitude que les « hommes de tenue » qui étaient en infraction ne seront pas inquiétés. Effectivement, ils ont continué leur chemin sur la grande voie. Au moment où notre feu autorisait à continuer, que constate-t-on? Un jeune homme qui venant de l’échangeur de Goughin qui a eu l’imprudence d’emprunter la voie non cyclable était en train d’être arrêté. Et là j’entends des gens qui  disaient qu’et pourtant, d’autres ont fait pareil et n’ont pas été inquiétés.

Les questions légitimes qu’on pourrait se poser. Les policiers ont-ils feind de ne pas voir leur jeunes collégues de la gendarmerie? En fonction du corps de professionnel, a-ton la liberté de circuler comme on veut?

Comme dit toujours, le poisson pourrit par la tête. Que ceux chargés de montrer la voie donnent l’exemple pour ne pas donner de raison, d’alibi, à ceux qui les suivent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s